Les standards GS1 sur le front de la lutte anti-contrefaçon.

Nous nous écartons provisoirement du sujet central de ce blog pour

Version mobile d'IPM V2. Source OMD.

Version mobile d’IPM V2.
Source OMD.

évoquer une autre facette des travaux d’innovation que mène GS1. De quoi s’agit-il ? De la refonte des outils douaniers qui servent à la détection des produits contrefaits. L’enjeu est énorme. Pour la santé publique, la compétitivité, l’emploi, les équilibres budgétaires et l’ordre publique en général. L’objet est d’intégrer bien davantage ces outils douaniers au sein de l’écosystème numérique des marques ; C’est-à-dire : leur permettre d’identifier les produits (savoir ce qu’ils prétendent être), de les comparer avec leurs caractéristiques officielles, (accéder à l’information produit), et même d’interagir en temps réel avec des services numériques d’authentification ou de traçabilité lorsqu’ils existent.

Cette « mise en réseau » des informations produits et des services numériques d’authentification est le nouveau cheval de bataille des équipes de l’Organisation Mondiale des Douanes ; autour de leur outil IPM (Interface Public-Member) dont la version « GS1 inside » et mobile a été présentée la semaine dernière à Istanbul lors du congrès mondial de la lutte contre la contrefaçon.

Chez GS1, nous sommes convaincus de la justesse de cette approche, qui permet de massifier les échanges d’information, entre entreprises et administrations, pour abaisser les coûts de contrôle et intensifier la surveillance des marchés. Le déploiement de ces nouvelles fonctionnalités concernera 50 pays dès la fin de cette année. Bien sûr, il n’est pas interdit de penser que ces développements puissent ouvrir la voie, dans un futur proche, aux usages anti-contrefaçon de la RFID/EPC…

Ci-dessous, le communiqué officiel.

__________________________________________________________________

L’OMD et GS1 s’unissent pour lutter contre la contrefaçon et lancer la nouvelle version d’IPM mobile

L’Organisation mondiale des douanes (OMD) et GS1 étaient présents au 7ème Congrès mondial sur la lutte contre la contrefaçon et le piratage qui s’est tenu à  Istanbul, Turquie, du 24 au 26 avril. À cette occasion, les deux organisations ont présenté la nouvelle version mobile de l’Interface Public-Membres (IPM), outil en ligne de l’OMD servant d’interface entre les douaniers de terrain et le secteur privé.

Dans un effort permanent de lutte contre le commerce illicite de produits contrefaits et piratés, l’OMD et GS1 s’engagent à fournir aux douanes les meilleures technologies disponibles. L’OMD a lancé IPM en 2010 dans le but de promouvoir la coopération entre les douanes et les titulaires de droits, en facilitant les échanges d’informations et en renforçant la capacité douanière afin de mieux combattre la contrefaçon. Depuis, plus de 50 pays ont rejoint IPM, avec environ 3 000 douaniers connectés aujourd’hui.

Suite à un accord de coopération signé entre l’OMD et GS1 pour optimiser leur lutte contre les produits de contrefaçon, les normes d’identification de GS1 ont été introduites dans IPM, permettant une authentification claire et fiable des articles, ce qui a renforcé la légitimité d’IPM, devenant le seul outil mondial de lutte contre la contrefaçon et le piratage.

Forts des premiers succès d’IPM, l’OMD et GS1 sont heureux de présenter aujourd’hui sa version mobile, dotée de nouvelles fonctions telles que la possibilité d’utiliser des dispositifs mobiles pour scanner les codes-barres normalisés GS1 présents sur des millions de produits et d’effectuer une  recherche plus rapide et efficace de produits dans la base de données. L’identifiant unique de produit, intégré dans le code-barres GS1, permet d’accéder plus facilement à plusieurs bases de données, qui sont des sources fiables d’informations sur les produits. Par ailleurs, en scannant les codes-barres, on se connecte automatiquement aux services d’authentification correspondant au produit contrôlé. Les douaniers auront désormais accès à des informations plus détaillées sur les produits, ce qui incitera d’autres titulaires de droits à rejoindre IPM.

« Face à l’expansion du commerce de produits de contrefaçon, l’OMD et ses Membres sont déterminés à travailler avec GS1 et d’autres organisations concernées pour lutter contre cette menace, afin de protéger la santé et la sécurité des consommateurs sur l’ensemble du globe », a déclaré le Secrétaire général de l’OMD, Kunio Mikuriya.

M. Mikuriya a ajouté : « L’utilité d’IPM est aujourd’hui mondialement reconnue par nos partenaires du secteur privé. Grâce à notre coopération avec GS1, nous avons pu développer les fonctionnalités d’IPM pour le rendre  encore plus accessible et plus fiable. IPM est incontestablement un outil essentiel qui permet aux douaniers de faire la différence entre un produit authentique et un faux. »

« Grâce à son système de normes et à son expertise globale de la gestion des chaînes logistiques, GS1 est en mesure d’aider les douanes à améliorer leur capacité de détection des produits de contrefaçon », a expliqué le PDG de GS1, Miguel Lopera.

« La nouvelle version mobile d’IPM, qui intègre les codes-barres et les services d’authentification de GS1, donne l’opportunité aux détenteurs de marques, tous secteurs confondus, de travailler directement avec les douanes pour protéger à la fois leurs marques et leurs consommateurs », a ajouté M. Lopera.

La coopération continue entre GS1 et l’OMD sur des questions douanières vise à apporter des solutions concrètes en matière d’identification et de traçabilité, permettant aux douanes d’identifier des objets de contrefaçon éventuels. Les relations entre les deux organisations ont été renforcées par la signature d’un protocole d’accord en novembre 2007.

 http://ipmpromo.wcoomdpublications.org

 ou ipmcommunication@wcoomd.org

Couverture géographique d'IPM en 2013. Source OMD.

Couverture géographique d’IPM en 2013.
Source OMD.

 

Galerie | Cet article, publié dans Communiqué, Evènement, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Les standards GS1 sur le front de la lutte anti-contrefaçon.

  1. C’est une avancée très prometteuse, surtout lorsqu’on se rend compte à quel point les difficultés à lutter contre la contrefaçon viennent du manque de communication entre l’État et les entreprises. On est sur la bonne voie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s